Les origines de l'Islam par Lagartempe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les origines de l'Islam par Lagartempe

Message  Baptiste le Mer 13 Jan - 15:20

Par Medias Libres le jeudi 10 septembre 2009, 07:43 - Art et culture - Lien permanent
Nouveau livre de Laurent Lagartempe : « Origines de l’islam »

Que s’est-il vraiment passé au 7e siècle au Moyen Orient ?

Que vous vous posiez à vous-même cette question ou que vous la posiez à un quelconque interlocuteur, même « cultivé », vous obtiendrez toujours à peu près la même réponse : un certain Mahomet a prêché le Coran à La Mecque et lancé les Arabes à la conquête des empires. En insistant vous obtiendrez tout au plus des réponses relatives à la vie et aux mœurs du mythique personnage, dont la biographie supposée est si présente dans les médias que plus personne n’en ignore au moins quelques détails pittoresques, mais peu de réponses quant à la façon dont s’est déroulé l’événement, ses circonstances et ses causes, la nature des protagonistes en présence… Bref, vous devrez constater que l’histoire vraie des origines de l’islam est pour ainsi dire absente de la conscience collective des Français et plus généralement des Européens. Et si, étant journaliste, il vous vient à l’idée de consulter vos fiches, il y a de grandes chances pour que vous n’y trouviez que peu de chose sur le sujet. C’est un fait avéré, l’écrasante et omniprésente légende mahométane occulte entièrement, dans l’opinion, l’histoire des origines de l’islam.

Mais au fait ! Y a-t-il quelqu’un qui se soit aventuré à écrire cette histoire ? Certes oui ! Mais de façon fragmentaire, sous forme de travaux de chercheurs, inconnus du public, volontairement ignorés des médias les plus en vue. L’ouvrage de Laurent Lagartempe propose une récapitulation ordonnée des apports de la recherche historique sur le sujet, y compris les acquis les plus récents. En aucun cas un événement historique ne peut être rapporté à une seule cause, encore moins à un seul personnage. L’origine de l’islam est même l’un des événements dont le déterminisme est des plus complexes, dont les causes politiques, sociologiques et culturelles ont des racines anciennes dans la vie et la culture des peuples millénaires de la Méditerranée et du Proche Orient. C’est ce que démontre l’auteur qui affronte avec brio ce complexe ensemble causal.

La causalité la plus immédiate, la plus contingente des origines est, dans ce cas comme dans bien d’autres, d’ordre événementiel. L’islam a vu le jour à la faveur d’affrontements politiques et guerriers dont l’imbroglio affecte tout le demi 7e siècle et dont l’issue, a priori imprévisible, aurait pu être finalement tout autre. L’auteur, soucieux de ne rien négliger de cette part matérielle du déterminisme historique, s’attache à produire un panorama clair et complet des faits majeurs ayant à l’époque affecté le Moyen Orient, mais seulement dans la deuxième partie du livre. En effet l’auteur entend retenir d’abord l’attention du lecteur sur un domaine du déterminisme historique moins matériel, plus idéologique, celui des valeurs de culture et de civilisation, dont la diversité et les antagonismes chez les peuples d’alors s’avèrent être d’une valeur explicative de premier plan.

L’importance que l’auteur attribue à ce déterminisme « idéologique » des origines de l’islam, le conduit à brosser une fresque récapitulative des cultures majeures de l’époque dont l’évocation occupe toute la première partie du livre : On y redécouvre les aspects connus du génie grec dont notre Occident est si profondément imprégné ; on y découvre la part moins connue de ce que nous avons hérité du génie perse ; on y accède à une vision de la culture juive plus diversifiée que celle à laquelle nous ont habitués de trop exclusifs stéréotypes contemporains ; on y accède à une connaissances approfondie du tempérament et des mœurs du peuple bédouin, dont le Coran est un fidèle reflet et dont l’islam est largement imprégné. Associant ainsi, dans une brillante synthèse, les aspects matériels et culturels du déterminisme historique de l’événement, l’auteur réussit à embrasser la problématique entière des origines de l’islam et à élucider les traits fondamentaux de son impact culturel sur la longue durée.

Synthèse de l'oeuvre (par Minute) : "Les origines de l’islam ont été réélaborées après coup, dans une sorte de légende dorée. Avec un prophète, Mohammed, un livre sacré, le Coran, et une ville sainte, La Mecque. Pour Laurent Lagartempe, s’appuyant sur les travaux convergents de spécialistes qui osent enfin parler, il n’y a à l’origine de l’islam ni prophète (Mohammed est un personnage de composition), ni ville sainte (La Mecque n’existe qu’à partir des années 695, bien après le dé but de cette histoire), ni livre sacré (le Coran est un recueil de textes écrits en arabe par des prédicateurs messianistes, à l’attention des bédouins païens). [...]

Laurent Lagartempe, avec le talent rédactionnel qui est le sien et la puissance de composition qui lui permet de fixer les faits qu’il rapporte sur la toile de l’histoire universelle, n’entend pas faire oeuvre originale. Mais il diffuse efficacement les grandes questions que l’on doit poser aujourd’hui à l’islam. [...] On pourra hurler au sacrilège. Il faut bien que la science puisse demander des comptes à la religion. Cela a été le cas vis-à-vis du christianisme, disons depuis le Traité théologico-politique de Spinoza à la fin du XVIIe siècle. Les chrétiens ont mis leur honneur à répondre aux critiques qui leur étaient faites. Pour l’islam, engoncé dans la violence et dans le fondamentalisme, ce processus de critique scientifique ne fait que commencer."

Note personnelle : Lagartempe (chercheur au CRNS) avait déjà fait très fort dans son ouvrage "L'islam démasqué" où ils s'efforcent d'expliquer pourquoi l'islam moderne est forcément un islamisme du fait de la fin de son apogée civilisationnelle et du retour à un archaïsme culturel, mais surtout politique, idéologique et social. Pourquoi également le discours des orientalistes et autres prétendus chercheurs de l'islam est faux du fait d'une très large confusion entre la culture persane et la culture arabe, ainsi qu''une large propagande qui consiste à faire oublier tout le système de piraterie sarrasine et turque (thème présent dans Histoire des Barbaresques) qui a grandement contribué à la régression civilisationnelle de l'islam, propagande par ailleurs qui se refuse de confronter le Coran aux principes de la République. (Thème qu'on le retrouve dans le Coran contre le République)

Les ouvrages de Lagartempe dans tous les cas sont des livres à lire.


Dernière édition par Baptiste le Jeu 14 Jan - 15:36, édité 1 fois

Baptiste

Messages : 9
Date d'inscription : 10/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les origines de l'Islam par Lagartempe

Message  eolh45 le Jeu 14 Jan - 12:36

A propos de l'islam, je ne m'oppose pas à cette croyance ou tout autre croyance, à partir du moment où cette croyance à légitimité de territoire. Je fais de la politique, non un prosélitisme religieux.
l'islam a sa place, et selon les désirs des croyants, en orient, en afrique etc... et dans la mesure du droit des hommes et des femmes. ( je ne parle pas de la déclaration des droits de l'homme sensé être universelle ).

Si l'islam ne servait pas de catalyseur entre peuples différents à l'assaut des terres d'Europe, il ne poserait pas les problèmes connus.

l'islam n'est pas qu'une foi, c'est un guide politique sensé indiquer les comportement sociaux.

A la différence des européens, les peuples musulmans d'aujourd'hui n'en sont qu'a leur deuxième reforme spirituelle. il y eu la religion du terroirs, les berbère, les kabyles etc... puis l'islam.

les européens eux ont été de religion chamanisme ( relation avec la nature ou phénomènes étranges ), puis la religion celte ( qui en émane égallement), et en même temps que l'hellénisation grecque. la conquête romaine apporte les théories monothéiste chrétiennes, par dessus un socle spirituelle déjà existant. au point que le christianisme a perdu dans le cour du XIII siècle de son originalité. d'où le catharisme. a cette époque le christianisme politique s'est imposé par la politique. voilà où en est l'islam. Et tout ceci s'est passé entre peuple de même origine continentale, soumis à de faible variation ethnique dans le temps. il y eu bien des échanges ethniques, mais ces changements ne se provoquaient qu'entre plusieurs générations, et non d'une génération à l'autre, d'où la notion de race blanche.
Ensuite, il y eu l'inquisition, qui témoigne de la tentation du retour spirituel au source, violence faite à ce paganisme redouté et représentée par les sorcières brulées vive. la séparation des églises lors de la réforme qui conduit à la naissance de nouveau courant politique feront encore couler beaucoup de sang, mais feront naitre de nouvelle doctrine spirituelle. D'où une remise en cause spirituelle. les révolutions, où le roi représentant de dieu sur terre est tué par le peuple, sur l'hypothèse d'une victoire de la liberté sur l'oppression, témoigne de cette chute de la spiritualité et le gout pour le modernisme. le XXéme siècle voit apparaitre les doctrines politique dans le nationalisme qu'il soit républicain, monarchique ou communisme; Ces doctrines sont perçu comme des religions modernes, le materialisme primme sur la spiritualité du salut.
Tout cela, l'islam ne l'a pas vécu.

Est ce une excuse pour vivre sous leur jou leur histoire ? d'autant que nous ne savons pas si ce parcoure spirituel se déroulera de cette façon. espérons que non ! ce serait le signe de notre disparition.

Personnellement, je ne fais pas de guerre spirituelle. je sais reconnaitre les miens par le sang. base essentielle de toute culture.
avatar
eolh45

Messages : 36
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum